Seulement et déjà quatre mois

entete article seulement et deja quatre mois Confidences VcommeSamedi

J'ai ouvert ce blog il y a quatre mois, en plein cœur de l'automne.
Quatre mois seulement.
Quatre mois déjà.

 

Quatre mois au cours desquels j’ai beaucoup appris sur moi-même.
Quatre mois qui m’ont confirmé que j’avais bien fait de m’aventurer dans le blogging.
Quatre mois qui m’ont permis d’affiner ce vers quoi j’entends aller.
Quatre mois qui m’ont convaincue que je suis là où je dois être.
Quatre mois durant lesquels j’ai convoqué mon intuition qui a toujours répondu présente.
Quatre mois au service de mon écriture qui prend forme, s’affine et s’affirme. 

article seulement et deja quatre mois phare Confidences VcommeSamedi


Laisser sa place à l'écriture - toute sa place


J’accepte désormais l’idée que c’est bel et bien l’écriture qui donne tout son sens à ce que j’entreprends. Je l’accueille à bras ouverts et le cœur léger. Je me sens délestée des hésitations qui maintes fois m’ont envahie, qui souvent m’ont ralentie, qui par moments m’ont empêchée d’avancer, qui parfois même m’ont fait reculer.

Hier, j’avais des doutes.

A présent, j’ai une certitude : il me faut laisser toute sa place à l’écriture. Elle est tout à la fois mon moyen et ma direction, mon embarcation et mon phare.


L’hiver est passé, sans heurts. Beaucoup de travail, de réflexions, de rencontres. Lorsque la nouvelle année est arrivée, et avec elle le temps des résolutions, j’ai simplement décidé de me laisser porter par ce que je sentais être juste pour moi : écrire, sans faux-semblants. Poursuivre ma route avec pour seul bagage l’envie de sublimer chaque moment. Ce serait avec ma plume - et les mots qui en jailliraient.

Nous voici au printemps. La saison du renouveau.

J’ai envie de le célébrer à ma façon. D’une façon qui me ressemble. Comment pourrait-il en être autrement ?

 

Besoin d'un ajustement


Depuis quelque temps, j’écris moins sur le blog. Non pas que je n’aie rien à écrire - loin de là ! Je sens simplement qu’une sorte d’ajustement m’est nécessaire.

Un ajustement quant à ce que j’entends développer.
Un ajustement quant à l’identité de V comme samedi.
Un ajustement quant à ma posture d’entrepreneure.
Un ajustement qui me permettra d’être encore plus alignée avec moi-même et donc de gagner en cohérence. Sans jamais perdre le sens de ce que je fais, de pourquoi je le fais, de comment je le fais et de pour qui je le fais.

Lorsque je me présente, je me définis comme designer textile. C’est étrange... Aux tout débuts de V comme samedi, le design textile en était l’essence. Pour autant j’avais beaucoup de mal à assumer ce nouveau métier. Appelez cela un manque de confiance en soi, un sentiment d’illégitimité ou le fameux syndrome de l’imposteur, peu importe finalement : j’avais l’impression d’endosser un costume qui n’était pas fait pour moi… alors qu’il était taillé sur-mesure ! Après moult tâtonnements, j’ai fini par accepter que j’étais devenue designer textile. Et que ces deux mots seraient ma réponse à la question « Et tu fais quoi dans la vie ? ». Mais, ainsi que je l’évoque dans cet article que j’ai écrit à ce sujet, je n’aime pas cette interrogation qui sonne plus comme une obligation à entrer dans une case décidément trop petite pour moi.

Aujourd’hui, j’avoue que me définir uniquement comme designer textile ne me convient pas - ne me convient plus - car mon activité a considérablement évolué. Elle a emprunté tant de chemins de traverse - que j’étais bien loin de soupçonner à mes débuts - qu’elle s’est peu à peu diversifiée et profondément enrichie. Le design textile est devenu une composante - et non plus le cœur - de ma nouvelle vie professionnelle. Mais une composante essentielle : j’y ai vite vu une clé permettant d’ouvrir beaucoup d’autres portes et d’explorer de nouvelles voies.

 

Explorer de nouvelles voies


Des voies toujours créatives. Evidemment.
Mais des voies où la créativité ne se limiterait désormais plus au seul design textile.
Des voies qui allaient expérimenter d’autres supports que le seul tissu et s’attarder sur un matériau qui m’est particulièrement cher et que j’aime à caresser : le papier.

article seulement et deja quatre mois ecrire cahier Confidences VcommeSamediDes voies où l’écriture, mise en sommeil depuis le début de mon aventure entrepreneuriale, allait éclore et reprendre la place qu’elle occupait si bien auparavant.

Au fur et à mesure que mes articles prenaient forme, le plaisir d’écrire grandissait.

Et rapidement, j’identifiai les sujets et les formes d’écriture qui me passionnaient le plus : les portraits d’entrepreneurs et de marques. Je sentais que c’était en dressant des portraits que ma plume s’affranchissait de tous mes blocages, que la joie était la plus grande et que l’inspiration venait le plus aisément.

J’aime raconter des histoires. J’aime mettre en mots ce que je perçois chez chacun.e. J’y mets tout mon cœur et c’est, je pense, ce qui fait la particularité de mes écrits et rend ceux-ci uniques et authentiques. C’est du moins les retours que l’on m’a faits. Je décide de les accueillir avec joie - et humilité.

Mais mon envie de créer ne s’arrête pas aux mots que j’ai envie de poser sur les belles âmes que j’ai la chance de connaître. Elle porte sur tout ce qui a trait à l’écrit, depuis l’idée jusqu’au support destiné à accueillir les mots : le papier. J’ai besoin et à cœur de créer tout un univers autour de l’écrit, un monde haut en couleurs empreint de gaieté et de poésie.

Quoi de mieux qu’une gamme de papeterie pour laisser libre cours à mon imagination foisonnante qui n’est, finalement, rien d’autre qu’une arme de création massive ?


Sens et cohérence


article seulement et deja quatre mois une page se tourne Confidences VcommeSamediEn cette fin de mois de mars, je continue à arpenter le chemin que j’ai commencé à tracer avec mon blog, tout en m’autorisant un réalignement : désormais, j’irai vers ce qui m’attire et me correspond le plus. Uniquement. Et je laisserai sur le bas-côté de la route ce qui n’est pas moi, ce qui n’est pas pour moi.

La nouvelle - et cohérente - direction de V comme samedi n’est rien d’autre que le prolongement de ce que j’ai bâti jusqu’à présent.

Néanmoins, je ressens le besoin de me poser. Je publierai moins pour quelque temps afin de ne pas me disperser et me consacrer pleinement au développement de la future offre de services et de produits V comme samedi.
Une offre qui sonne comme une évidence à présent que je l’ai identifiée.
Une offre qui n’est rien d’autre qu’une convergence de choses que j’ai pensées, semées, testées, ajustées, affinées…

Une page se tourne. Mais le livre n’est pas fini - loin de là !
Une nouvelle page se couvre de mots encore plus sincères et vient enrichir l’ouvrage.
Une page qui, je l’espère, illuminera autant votre vie que la mienne.


Rencontres...


Je crois beaucoup aux signes. J’y ai toujours été attentive. Au moment où ils se manifestent ou a posteriori. Je ne crois pas au hasard des événements et des rencontres.

Depuis que je me suis lancée dans ma nouvelle vie professionnelle, je n'ai cessé de faire de belles rencontres. La rubrique « Confluences » les consacre à leur juste valeur : j'y dresse des portraits inspirants et inspirés de personnes qui m'ont beaucoup apporté, aux parcours atypiques et aux sensibilités particulières.

Durant le mois écoulé, cinq personnes ont (re)surgi dans mon existence - directement ou indirectement.
Cinq personnes qui ont contribué et continuent à contribuer, chacune à sa manière, à l'émergence de V comme samedi - et à mon envol.

article seulement et deja quatre mois envol Confidences VcommeSamediElles m'ont surtout invitée à oser et à m'autoriser - enfin - à être et agir en m'écoutant.

Parmi elles, Morgane, à qui j’ai consacré le dernier article de la rubrique « Confluence(s) » . Morgane, avec qui je suis toujours « connectée », dont je vais enfin faire la connaissance « pour de vrai » dans les jours à venir... Un long moment d'échanges en perspective au cours duquel on a prévu de poser les mots sur certains de mes produits - et tellement plus !

Impossible de continuer sans évoquer Anouk qui a inauguré « Confluence(s) » avec cet article. Anouk, révélatrice de talents, qui m'a permis de me déployer et d'accueillir enfin l'écriture dans ma vie. Anouk qui m’accompagne encore aujourd'hui en me livrant ce qu’elle ressent et pressent. Anouk avec laquelle je partage tant et suis en totale résonnance.

Il y a aussi Marie et son travail ô combien essentiel sur le référencement qui agit dans l’ombre pour permettre aux autres d'entrer dans la lumière. Ses compétences pointues mêlées à sa passion des mots me sont un soutien très précieux.

Alors que j'entre dans un questionnement sur ma posture et mon positionnement, voilà que je tombe sur l'ouvrage que Lyvia - que je lis et suis depuis deux ans - vient de publier et dont le simple titre sonne comme une confirmation de ce que je ressens et une invitation à suivre mon intuition : « Etre soi suffit : créer sa vie en étant soi » . Hasard ?

Roxane est venue récemment compléter - et merveilleusement enrichir ! - ma liste des personnes ressources sans lesquelles je n'aurais pas autant avancé. Elle est entrée dans ma vie très précisément au moment où j'avais besoin - sans l'avoir conscientisé pour autant - d'un regard extérieur, porteur et inspirant. Nous devions nous rencontrer. Nous devions travailler ensemble. Il en était ainsi. Voilà deux semaines aujourd'hui qu'elle m'accompagne dans ma nouvelle quête identitaire. C'est grâce à son discernement, à son talent unique pour faire émerger celui des autres et à son pragmatisme teinté d’une grande sensibilité que j'ai pu identifer et que je commence à surmonter un point de blocage dans mon activité. Avec Roxane à mes côtés, je me sens rassurée et armée pour apporter sens et cohérence à ma démarche. La belle personne qu'elle est, ses compétences hors-norme et le programme sur-mesure qu'elle a bâti pour moi me font avancer à grands pas. Peu à peu, je gagne en confiance et, sans perdre de vue qui je suis ni ce à quoi j'aspire, j'ose rêver au déploiement de V comme samedi. 

 

article seulement et deja quatre mois ecrire Confidences VcommeSamediMais tu fais quoi finalement ?


J'ai commencé à y répondre dans l'article « Et tu fais quoi dans la vie ? » et j'ai poursuivi dans celui intitulé « Et tu fais quoi de tes journées ? » avec les mots suivants.

Demandez-moi ce que je fais dans la vie : je vous dirai que je suis, que je respire, que je vis, que j’observe, que j’écoute, que je lis, que je parle, que je crée, que j’attends, que j’aime, que j’espère, que j’ai peur, que je ris, que je râle, que je rêve.

Demandez-moi ce que je fais dans la vie : je vous dirai qui je suis.

Je suis une amoureuse. De la vie. Des jolies choses. Des mots. Des couleurs.
Je suis une grande rêveuse.
Je suis une optimiste invétérée.
Je suis entière. Sensible. Honnête. Simple. Gentille. Râleuse. Gaie. Marrante. Exigeante. Bavarde. Silencieuse. Empathique. Soucieuse. Peu confiante en moi (mais je me soigne). Discrète. Enjouée.
Je pense tout le temps. A ce que j 'ai fait. A ce que je devrais faire.
J’ai les sens constamment en éveil.
J’ai besoin d’écrire, de créer et de concevoir.
J’ai envie d’ensoleiller le quotidien.
Comme dans la chanson, j’aimerais débarbouiller le gris de la vie.
Avec des jolies choses. Avec des mots. Avec des couleurs.

Ces phrases rédigées il y a quatre mois, je les reprends aujourd'hui, mot pour mot. 

A un détail près.

Je les enrichis de : « J’écris. ».

Pour qui ? Vous le découvrirez bientôt…


signature articles Severine plume VcommeSamedisignature article confidences VcommeSamedi

 

 

 

 

 

Comments est propulsé par CComment

S'inscrire à ma newsletter

Les champs à renseigner sont obligatoires. A défaut, votre demande d'abonnement ne sera pas prise en compte. Vous allez communiquer vos données à caractère personnel à des fins de réception de notre actualité et de nos offres. Le responsable de traitement est Madame Séverine BENVENISTE domiciliée au 112 avenue de Paris CS 60002 94306 Vincennes Cedex. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement des données à caractère personnel qui vous concernent, d’un droit à la limitation du traitement, d’un droit d’opposition, d’un droit à la portabilité de vos données et du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL à l’adresse suivante : 3 Place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS CEDEX 07. Pour en savoir plus sur vos droits et la gestion de vos données, cliquez-ici Politique de confidentialité.