Chronique du portrait écrit de Raphaël, 7 ans

entete article le portrait de Raphael rubrique Effervescences VcommeSamedi

Mon aventure de l’écriture de portraits d’enfants s'est poursuivie avec Raphaël. Raphaël un petit garçon de sept ans… pas si petit que ça !

 

Entre les lignes remplies par sa maman et Raphaël, j’ai lu la sagesse, la finesse d’esprit et le sens de l’humour si particulier de cet enfant profondément attachant.
« Tu n’as que sept ans. Sept ans… N’en dit-on pas qu’il est l’âge de raison ? En ce qui te concerne, cette affirmation sonne comme une évidence : tu es un garçon doté d’une si grande sagesse… »

 

Etre à la hauteur des confidences des parents... et des enfants !


Des traits de caractère déjà bien présents, une personnalité déjà bien affirmée : j’avais là une matière de rêve pour rédiger mon deuxième portrait écrit. Et j’avais à cœur de restituer le plus fidèlement possible tout ce que j’avais ressenti en découvrant les confidences que Cécile, sa maman, m’avait faites. Des confidences profondément émouvantes sur son garçonnet tellement passionnant… Et des confidences auxquelles Raphaël lui-même avait pris part.

« Tu n’as que sept ans. Mais tu sembles tellement plus grand par ta façon d’être au monde. Tu as grand besoin de tranquillité, pour t’adonner à tes activités préférées ou tout simplement pour te laisser aller à la rêverie. Tu recherches ces moments où nul bruit, nulle sollicitation ne viennent t’arracher à tes jeux (…), à tes dessins animés (…), à tes lectures (de mangas essentiellement), ou à tes pensées dans lesquelles tu t’évades. »

La même belle émotion que celle dont j’avais été envahie lorsque j’avais fait connaissance avec David me saisit : je trouvais très touchant que des parents que je ne connaissais pas me dévoilent des morceaux de leur existence et décident de me confier le portrait écrit de leur enfant. Avec une profonde reconnaissance, j’en mesurais et j’en appréciais toute la valeur. Je n’avais qu’une idée en tête : ne pas les décevoir.

 

Révéler la richesse de chaque enfant


Pour Raphaël, j’étais d’autant plus motivée que l’enthousiasme de Cécile, à la lecture des quelques lignes de présentation de mon projet, m’avait grandement encouragée : « C’est un magnifique projet ! Je trouve ça beau et original… ».

Beau et original… Comme chaque enfant l’est, finalement. C’est ainsi en tout cas que j’ai toujours vu les enfants. Chacun a un tempérament différent, chacun porte une histoire qui n’appartient qu’à lui, chacun ressent les événements à sa façon, chacun les exprime avec son propre langage : chacun est donc unique. Et chacun a sa beauté.

En découvrant les mots laissés par et sur Raphaël, je revis aussitôt les visages de tous les écoliers qui avaient peuplé mes classes.

 

L’enseignement


Durant mes quinze années d’enseignement, ce ne sont pas des élèves que j’ai eus : c’étaient des enfants. Je me suis attachée - et j’espère avoir réussi - à considérer chacun et chacune dans sa singularité, à faire émerger sa richesse, à l’accompagner sur son chemin, tout en lui transmettant des connaissances et faisant acquérir des savoirs, sans jamais négliger les savoirs-faire ni occulter les savoir-être.

Mon métier d’enseignante, c’était une chance : celle de côtoyer des êtres en devenir et de pouvoir m’enrichir de ce qu’ils étaient.

Mon métier d’enseignante , c’étaient des rencontres. De belles rencontres. De celles qui donnent envie de s’investir toujours plus. De celles qui donnent du sens à la mission d’enseigner. De celles qui donnent de l’espoir. De celles aussi qui donnent du fil à retordre lorsque le savoir à dispenser est parfois rébarbatif ou dénué de sens pour des enfants vivant un quotidien pesant, et invite à déployer des trésors d’imagination pour rendre la notion passionnante. De celles enfin qui donnent foi en la vie et l’humanité lorsque les mercis et les sourires se dessinent sur les lèvres des élèves.

 

Une sensibilité pour autrui


Sans en avoir conscience alors, je décelais, dès les premiers jours de classe, qui était chacun de mes petits apprenants. Cette sensibilité aux autres, je l’ai toujours eue. Moi-même enfant, j’avais pour mes pairs une grande empathie. Devenue adulte, j’ai développé - sans l’avoir vraiment décidé - cette faculté. Enseignante, je l’ai déployée.

Aujourd’hui portraitiste d’enfant, je mets à profit de ce nouveau et ô combien fascinant métier ma capacité à percevoir chez autrui ce qu’il est. Mais ce qui est nouveau, c’est que celle-ci se révèle et s’exprime grâce à l’écrit : l’écrit que l’on me livre et l’écrit que je livre.

« Merci pour ce magnifique portrait que tu as fait de mon fils… Tu as un don et je te souhaite le meilleur pour ce projet. » Ce sont les mots que Cécile m’a adressés. Un cadeau, tout simplement. « Oh merci, mille fois merci… Je suis très émue. Par tes mots, tu as su faire un portrait touchant et vrai de mon Raphaël. »

A mon tour d’être émue… Ce n’est pas de la fierté que j’ai ressentie en lisant ces lignes, mais du bonheur. Un immense bonheur, à la hauteur de celui que j’ai réussi, humblement et sincèrement, à apporter.

 

Ancrer les moments forts de l’existence


Dans la présentation de mon projet, j’avais évoqué la photographie et sa capacité à ancrer les moments forts de l’existence. Je vois dans mes portraits écrits la même richesse. Quelle ne fut ma joie de constater que Cécile avait vécu cette expérience comme je l’avais imaginée : « Je n’en doutais pas quand tu m’en as parlé au début, mais ton projet est magnifique et vraiment intéressant. Comme tu l’indiquais, cela ressemble à une photo, non pas celle immédiate et trop rapidement effacée de la mémoire de nos smartphones, mais celle où tu prends le temps, unique par le contexte de sa réalisation, la lumière, le regard du photographe. Je ne te remercierai jamais assez ! »

Ma contribution ?


On entend souvent parler de contribution au monde. La mienne serait-elle là ? Je me plais à le croire.

Celle de Raphaël, j’ignore encore où elle est. Mais assurément, Raphaël ne laisse personne indifférent : « Tu n’as que sept ans. Mais tu es tellement prodigieux dans ta façon d’être auprès des tiens. Ta bonne humeur à toute épreuve, ta sensibilité, ta lucidité, ton enthousiasme débordant et ta volonté de toujours bien faire ont raison de tout ce qui pourrait ternir tes heures et celles de tes proches. »

Moi non plus, il ne m’a pas laissée indifférente. Comment pourrait-il en être autrement ? « Tu n’en as pas encore conscience, mais tu respires l’empathie. C’est d’ailleurs ce qui émeut le plus ta maman chez toi. Alors qu’elle était en souffrance et accueillait elle-même un nouvel anniversaire, tu lui as fait le plus doux des présents : tu as souhaité lui offrir de prendre sa douleur. Elle a versé sa larme. Tu as choyé son âme. A toi seul, tu es un cadeau. »

 

Un cadeau pour la vie


Je suis heureuse que ce petit Raphaël déjà bien grand et moi-même ayons pu faire connaissance par lignes interposées.
Il est un vrai cadeau, c’est une certitude.
Et il m’a fait un bien joli cadeau en me permettant d’écrire son portrait.

Depuis, d’autres portraits ont vu le jour dans la rubrique « Effervescences ». Des portraits dont je vous invite à découvrir l'histoire, comme celui d'Emile ou de Clément. Des portraits qui sont finalement bien plus que cela : ce sont des présents qui, je l’espère, accompagneront chaque enfant sur son chemin et l’aideront à s’y épanouir.

A votre tour, souhaitez-vous vivre cette aventure haute en mots et en émotions ? Je vous invite à pousser la porte de l'atelier si l’envie de me confier le portrait écrit de votre enfant vous gagne : je me ferai une joie de poser les mots sur son univers.

signature articles Severine plume VcommeSamedisignature article effervescences VcommeSamedi

 

 

 

 

 

Comments est propulsé par CComment

S'inscrire à ma newsletter

Les champs à renseigner sont obligatoires. A défaut, votre demande de rendez-vous ne sera pas prise en compte. Vous allez communiquer vos données à caractère personnel à des fins de réception de notre actualité et de nos offres. Le responsable de traitement est Madame Séverine BENVENISTE domiciliée au 112 avenue de Paris CS 60002 94306 Vincennes Cedex. Vous pouvez retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement des données à caractère personnel qui vous concernent, d’un droit à la limitation du traitement, d’un droit d’opposition, d’un droit à la portabilité de vos données et du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Vous disposez également du droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL à l’adresse suivante : 3 Place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS CEDEX 07. Pour en savoir plus sur vos droits et la gestion de vos données, cliquez-ici Politique de confidentialité.